Le tour des épaves du bas

Note utilisateur:  / 4
MauvaisTrès bien 

 Salut vous tous et amis plongeurs du jour,

Comme lors de notre dernier voyage club de ce printemps au Belize j'avais "noyé" ma Gopro, je me suis procuré un nouvel appareil photo "Canon G7x", petit mais drôlement pointu techniquement. Un caisson "Recsea"

avec toutes les commandes opérationnelles montées sur ma rampe lumineuse de feu ma Gopro, me voilà avec un équipement photographique tout neuf. Aujourd'hui à Hermance c'était l'essai sur le terrain ou plutôt sous l'eau.

Avec Eric et Ivo nous avions projeté de faire le grand tour par la "vieille" (épave de voilier à 46m), le tas de bois (amoncellement de troncs et branches comme un bucher à 45m édifié par un plongeur persévérant comme un castor) et passage au "Pierrot" (épave de barque Lémanique à 45 m). Après, on verrait suivant nos réserves d'air dans quel direction nous irions. Pour ma part j'étais plutôt confiant vu que je plongeais avec mon bi-bouteille. Mes binômes du jour m'on promis de m'attendre et d'être patient pendant mes cadrages et essais photographiques.

LaVieilleDepuis la grande jetée cap 300, cela descend doucement mais à partir de 25m on commence à ressentir la différence de température avec "l'eau du haut". Il faut un moment pour compenser le choc thermique; mais, même pas le temps car on découvre déjà la "vieille". Eric est devenu un expert pour trouver l'épave sans coup férir. Malheureusement l'eau est pas mal brassée et il y a beaucoup de "flocons" et c'est donc pratiquement impossible de faire des photos sous éclairage artificiel. On pourrait se croire dans une bourrasque de neige. Je m'y suis appliqué néanmoins.

Cap au sud pour retrouver le bucher, mais ici on ne sait pourquoi l'eau est carrément trouble et l'on distingue à peine quelques branches. Certainement le passage intempestif de plongeurs "brasseurs" juste avant notre passage. Le dimanche à la belle saison le "spot" de plongée est noir de combinaison en néoprène. Au niveau photo, il faut mieux oublier... j'ai quand même appuyé deux fois sur le déclencheur.

LePierrot

Le sud toujours, pour trouver le "Pierrot". La vue sur cette épave est magnifique car elle est en bon état et complétement intégrée dans son élément. Par "temps clair" c'est toujours une grande émotion de la découvrir dans son paysage minéral. Mais là à présent ce n'est pas le moment pour faire des photos. Je suis venu pour cela et m'entrainer avec mon nouveau matériel et je m'applique pour sortir quand même quelques clichés.

 

 Les amis il serait peut-être temps de contrôler nos réserves. Ce n'est pas maintenant que l'on fera le super grand tour par le chapelet d'épave du site. Il est temps de remonter. Notre émérite navigateur nous a mené directement à l'épave de 17m (ancien voilier complètement écroulé mais la proue se dresse encore fièrement de la vase environnante). Ce type de plongée cumule beaucoup de temps à prévoir pour les paliers que nous passons à folâtrer dans l'herbier dans les 6m. Là on fait souvent de jolies rencontres avec des bancs de perches ou avec le brochet solitaire. L'avantage c'est que l'on se réchauffe alors avec de l'eau à 23 degrés.

Quand vient le moment de sortir, on émerge avec le sourire aux lèvres. Un grand merci à mes binômes.

janluc plongeur OMASA

LeBrochet

UnTonneau

FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin